GITE RURAL

Valid XHTML 1.0 Strict

© /2007-2015 MENTIONS LÉGALES ESPACE PRIVÉ

Un peu d'histoire

Le premier acte signalant l'existence du château delphinal de La Balme date du 29 septembre 1250. Il s'agit d'une transaction entre Philippe, élu de Lyon et Albert de la Tour et ses fils par laquelle ils reçoivent en fief "le château de La Balme en Viennois près Crémieu".

Tout au long des XIIIe et XIVe siècles, de nombreux actes sont signés par le dauphin dans son château de La Balme à la tête d'une châtellenie du mandement de Quirieu.

Après la vente du Dauphiné au royaume de France en 1349, le château restera bien personnel du dauphin Humbert II jusqu'à sa mort. Par la suite, il sera concédé à différents propriétaires : en 1423 Charles VII le donne à Humbert de Grolée, puis il passe aux mains de "Robert Malortie escuyer pour services rendus" en 1454.

En 1531, alors qu'il appartient à Claude de Montepeys "il est bien entretenu, ainsi que la maison contigüe que le roi acheta à Antoine de La Balme". A la veille de la Révolution, le château est habité par la famille de Boulieu.

Les textes nous apprennent que le château de La Balme comprenait une cour appelée "place" sur laquelle donnait la grande salle à laquelle on accédait par un escalier. Il comprenait une chapelle basse attenante à la grande salle, une tour contigüe à la grande salle, une tour maîtresse, un parloir, la chambre du dauphin et un hospice.

Les visites faites par le maître des oeuvres du dauphin montrent qu'au XVe siècle le château était déjà en mauvais état.

Les vestiges du château sont constitués d'une tour et de pans de murs situés au sud de cette dernière. La tour qui s'élève sur un étage de soubassement, deux étages carrés et un étage de comble est construite en moellons de calcaire et chaînes d'angle en pierre de taille. En façade ouest, elle conserve une ouverture en arc brisée aujourd'hui murée. Au sud ne subsistent que quatre pans de murs en moellons de calcaire sans chaîne en pierre de taille.